Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Se laisser conduire par le Saint-Esprit

Rm 8, 14 : « Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. »

 

Vous avez surement déjà fait l’expérience, lors d’une décision importante à prendre, or lors d’une conversation difficile avec quelqu’un, qu’en priant pour être éclairé, soudain une bonne idée, une inspiration arrive.

Cette expérience d’être inspiré peut correspondre à ce que Saint Paul explique dans l’épître aux romains : « l’Esprit Saint se joint à notre esprit » (Rm 8,16)

Nous faisons ainsi l’expérience de ce que Jésus avait promis, particulièrement pour les moments difficiles et les persécutions : « L’Esprit Saint vous enseignera, à cette heure là, ce que vous aurez à dire. » (Luc 12,12)

Dans l’évangile selon saint Matthieu, Jésus nous dit : « Ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. » (Mt 10,20)

Mais il faut faire attention à bien comprendre cela. Car on peut parfois penser, et je l’ai d’ailleurs pensé au début de ma conversion, que quand l’Esprit Saint inspire quelqu’un, il le ferait de manière très forte, comme une sorte de possession par l’Esprit Saint qui nous amène à une transe où l’on n’est plus maître de nous. Ce serait le Saint-Esprit qui parlerait directement par notre bouche. Or, Saint Paul dans la 1ère épitre aux corinthiens le dit clairement : « Les inspirations des prophètes sont sous le contrôle des prophètes » (1 Co 14,32).

 

Dieu nous aimant infiniment, respectera toujours notre liberté et notre personnalité. Il nous inspire, mais il ne prend pas le contrôle à notre place.

Pour comprendre cela, je vais prendre une image, tirée de la BD de Tintin au Tibet.

 

Dans cette vignette de BD, Milou reste libre de choisir entre les pensées que lui inspirent son bon ange et le démon.

La tradition spirituelle, notamment ignatienne, nous invite à discerner nos pensées, afin de reconnaître celles qui viennent de Dieu, du diable ou de nous-mêmes. Il n’est pas toujours évident de savoir exactement d’où viennent nos pensées et nos inspirations. Bien sûr, il y a un critère de discernement très simple : si la pensée nous invite à quelque chose de mal, cela ne vient pas de Dieu. Jésus nous le dit : on reconnaît un arbre à ses fruits  (cf. Mt 7,15-20).

Mais on peut parfois croire qu’une pensée vienne vraiment de Dieu, car cela nous semble bien et pourtant nous tromper. C’est pourquoi Saint Paul invite ceux qui se sentent inspirés à s’en remettre au jugement des autres (1Co 14,29). Ceux qui ont de l’expérience, voire un charisme de discernement, peuvent sentir si cela vient de Dieu. Dans votre vie personnelle, il est bon d’avoir un accompagnateur spirituel (un prêtre, une religieuse, un aîné dans la foi qui a de l’expérience). Cet accompagnateur vous aidera à discerner pour que vous puissiez être de plus en plus capable de reconnaître l’action du Saint-Esprit en vous et vous laissez conduire par Lui.

 

Ga 5,25 : « Puisque l’Esprit est notre vie, que l’Esprit nous fasse aussi agir »

Le Saint-Esprit veut nous aider à bien conduire notre vie personnelle selon le projet de Dieu pour nous ; mais Il veut aussi nous utiliser pour le bien des autres, pour faire grandir la communauté chrétienne. Quand L’Esprit Saint nous inspire et nous donne des dons particuliers en vue de l’édification de l’Eglise, la Bible appelle cela des charismes. Voici la définition qu’en donne saint Paul : « A chacun est donné la manifestation de l’Esprit en vue du bien commun. » (1 Co 12, 7)

Voici la définition des charismes que nous trouvons dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique :

« Extraordinaires ou simples et humbles, les charismes sont des grâces de l’Esprit Saint qui ont, directement ou indirectement, une utilité ecclésiale, ordonnés qu’ils sont à l’édification de l’Eglise, au bien des hommes et aux besoins du monde. » (n°799).

Dans le Youcat, il est écrit : « Les disciples de l’Eglise primitive reçurent des charismes particuliers, ce qui signifie qu’ils pouvaient prophétiser, guérir et faire des miracles. Aujourd’hui encore, il existe dans l’Eglise des personnes qui ont de tels dons et qui font la même expérience. » (n°113)

Ces manifestations charismatiques de l’Esprit de Dieu sont donc très importantes pour la mission de l’Eglise. Dans l’épître aux hébreux, il est écrit : « Le salut, inauguré par la prédication du Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’ont entendu, Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, des miracles de toutes sortes, et par les dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté. » (He 2,3-4)

Dans le CEC, il est écrit : « Pour réaliser sa mission, l’Esprit Saint équipe et dirige l’Eglise grâce à la diversité des dons hiérarchiques et charismatiques » (n°768).

Tout au long de l’histoire de l’Eglise, les charismes ont été donnés pour que grandissent les communautés chrétiennes et pour l’évangélisation du monde. Par eux, des cœurs ont été touchés et de nombreuses personnes ont découvert l’amour du Seigneur.

Mais, on a souvent pensé que les dons spirituels étaient réservés à l’Eglise primitive et aux grands saints. Or, le renouveau charismatique a permis de redécouvrir que les charismes sont pour tous les chrétiens. Saint Paul écrit : « A chacun est donné la manifestation de l’Esprit ».

Nous sommes donc tous appelés à les accueillir et à en vivre.

D’ailleurs, le CEC rappelle que : « Les charismes sont à accueillir avec reconnaissance par celui qui les reçoit, mais aussi par tous les membres de l’Eglise ». (n°800)

Il y a une très grande diversité dans les charismes. Saint Paul et saint Pierre en parlent à plusieurs reprises dans leurs lettres, et nous pouvons voir particulièrement les charismes à l’œuvre dans les Actes des Apôtres.

Certains charismes sont étonnants comme ceux de guérison et de miracles, les charismes de prophétie et la prière en langue. (cf 1 Co 12,8-11)

D’autres sont plus simples, mais tellement importants pour le bon fonctionnement d’une communauté chrétienne ou d’un groupe de prière. Par exemple le service et l’accueil. Saint Pierre écrit : « celui qui assure le service, qu’il s’en acquitte avec la force procurée par Dieu » (1 P 4,11).

Chanter, jouer d’un instrument de musique et animer la louange doit aussi se vivre de manière charismatique, en se laissant inspirer dans la conduite de la louange au cours de la prière. « Dites entre vous des psaumes, des hymnes et des chants inspirés, chantez le Seigneur et célébrez-le de tout votre cœur. » Ep 5,19.

Saint Paul nous met en garde pour que cette diversité des charismes n’entraine pas de jalousie entre chrétiens. Il prend pour cela la comparaison du corps, où tous les membres sont différents et nécessaires : « Si, dans le corps, il n’y avait que les yeux, comment pourrait-on entendre ? S’il n’y avait que les oreilles, comment pourrait-on sentir les odeurs ? » (1 Co 12,17). Et surtout, Saint Paul rappelle que tout cela est l’œuvre du Saint-Esprit : « Mais celui qui agit en tout cela, c’est l’unique et même Esprit : il distribue ses dons, comme il le veut, à chacun en particulier. » (1 Co 12,11)

J’ai développé un peu l’enseignement biblique sur les charismes, car c’est un point important pour notre groupe de prière. Nous avons déjà expérimenté ces dons de l’Esprit Saint. Mais nous sommes appelés à vivre toujours plus du Saint-Esprit et à nous ouvrir à ses charismes, afin que nos veillées de louange, nos prières des frères et nos missions d’évangélisation repose sur l’œuvre de l’Esprit. Ainsi, nous pourrons dire avec saint Paul : « Notre annonce de l’Évangile n’a pas été, chez vous, simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint » (1 Th 1,5).

 

Voici maintenant quelques conseils pratiques pour grandir dans cette vie charismatique :

« Aspirez aux charismes, surtout à celui de prophétie » (1Co 14, 1)

Saint Paul nous invite à avoir un grand désir d’accueillir les charismes. Aspirez-vous aux charismes ? Avez-vous envie de les recevoir pour le bien de notre groupe ? Est-ce que vous les demandez dans votre prière, avec insistance ?

 

Saint Paul, précise l’importance de la prophétie dans la prière. Par ce don, nous sommes inspirés pour parler au nom de Dieu dans l’assemblée, afin que quelqu’un soit touché personnellement ou bien que l’assemblée puisse être exhortée et éclairée. Nous pouvons donner une parole, une image, un texte de la Bible que le Seigneur nous inspire. Saint Paul donne l’exemple suivant : « Si tous prophétisent, et qu’il arrive un non-croyant ou un non-initié, il se sent mis en question par tous, comme soumis à examen par tous, les secrets de son cœur sont mis au grand jour : il tombera face contre terre pour se prosterner devant Dieu et proclamer : « Vraiment, Dieu est parmi vous ! »  (1 Co 14, 24-25).

Dieu peut vous donner une image inspirée, une prophétie ou une parole de connaissance pour toucher le cœur de quelqu’un ou manifester ce qu’Il est en train de faire dans l’assemblée, notamment une personne qu’Il touche ou qu’Il est en train de guérir.

 

Si nous nous sentons inspiré, il nous faut oser parler, même si ce n’est pas évident au début. Alberto Maalouf, qui a le don de donner des paroles de connaissance, me disait que pratiquer les charismes, c’est comme faire du vélo. Lorsque l’on commence, nous ne sommes pas sûrs de nous, nous pouvons même faire des erreurs. Mais c’est avec le temps et la pratique que nous apprenons à mieux discerner et à être à l’écoute des motions de l’Esprit Saint.

 

Pour savoir si cela vient de Dieu et qu’il nous faut le dire tout haut pour l’assemblée, voici quelques indices :

  • Cela est conforme à l’enseignement de la Bible. D’où l’importance de lire la Bible, de la méditer quotidiennement. L’Esprit Saint, souvent, nous rappelle des  versets que nous avons lus.
  • Vous avez une certitude intérieure : il faut le dire. Notre cœur est dans la paix, même si il peut y avoir une petite hésitation.
  • Des mots ou une image reviennent avec insistance dans notre esprit.

Et puis il faut oser le dire tout simplement et s’en remettre au discernement des autres. Le discernement des responsables du groupe et du prêtre accompagnateur sont importants, mais aussi le discernement de l’assemblée.

Par rapport à ce qui a été annoncé, si quelqu’un  a été touché ou bien s’est reconnu dans la parole de connaissance.

 

Pour terminer, la Bible et particulièrement saint Paul dans ses lettres, nous rappellent que « les tendances de la chair s’opposent à l’Esprit, et les tendances de l’Esprit s’opposent à la chair. En effet, il y a là un affrontement qui vous empêche de faire tout ce que vous voudriez. » Ga 5,17

Si nous voulons être remplis de l’Esprit Saint et vivre des charismes, il ne faut pas que notre cœur soit déjà rempli par des tendances égoïstes : l’impureté, la débauche, la magie, la haine, les rivalités, la jalousie, la colère.

C’est pourquoi, Saint Paul, au cœur de ce qu’il dit sur les charismes dans la 1ère lettre aux corinthiens, rappelle que les dons charismatiques ne me servent à rien si je n’ai pas l’amour.  « J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. » 1Co 13

Alberto Maalouf, lors d’un atelier sur l’exercice des charismes, rappelait que les jalousies, les divisions et les critiques dans un groupe de prière empêchaient l’Esprit de répandre ses dons. Au contraire, L’Esprit agit au cœur d’un groupe uni dans l’amour fraternel, et dans l’humilité.

C’est pourquoi aussi, Pierre Goursat, le fondateur de la communauté de l’Emmanuel, insistait pour qu’il n’y ait pas de critique entre les membres de la communauté, même pour plaisanter.

La vie dans l’Esprit exige une véritable conversion, personnelle et communautaire. Demandons au Seigneur Jésus de nous purifier par son Sang et de nous remplir de son Esprit Saint.

Comme nous y invite saint Paul : « Laissez-vous mener par l’Esprit et vous ne risquez pas de satisfaire les convoitises charnelles » Ga 5,16

Ainsi, nous gouterons au bonheur de porter le fruit de l’Esprit  qui est « amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. » Ga 5,22

 

 

 

Article publié par Coordination renouveau • Publié Vendredi 26 décembre 2014 • 5544 visites

Haut de page